tourisme d\'affaires les tendances
tourisme d\'affaires les tendances

• Crise ou pas, les entreprises continuent à se réunir, même s'il leur faut faire des économies. Celles-ci se font alors en réduisant les durées de manifestations, les distances, les budgets par participant et dernièrement, les activités périphériques (en quantité ou en coût). Globalement, si les dépenses moyennes des entreprises sont plus restreintes, le volume de réunions professionnelles organisées a diminué lui aussi ; mais pas le nombre de participants réunis, car les manifestations regroupent davantage de monde que par le passé.

• La RTT : l'instauration des RTT  a eu de très fortes conséquences sur le marché du tourisme d'affaires. La réduction du temps du travail a en premier créé une idée de séparation entre vie professionnelle et vie privée. Du coup, quand dans les années 1980-1990, les entreprises réunissaient facilement leurs collaborateurs durant des week-ends et mordaient sur les périodes de vacances scolaires, ce n'est quasiment plus le cas aujourd'hui. Ensuite, les RTT font qu'il est devenu compliqué d'organiser des séminaires les lundis et les vendredis. Une concentration extrême de la demande s'est faite entre les mardis et les jeudis, avec pour conséquences des hausses de tarifs. Enfin, les 35 heures font déborder le travail des commerciaux et des cadres. Cela a conduit les entreprises à diminuer la durée moyenne des manifestations. Elles ont ainsi perdu en moyenne 1 journée depuis ces 10 dernières années.

• Quand les hôtels de chaînes (et assimilés) et les centres de congrès avaient le monopole comme prestataires jusqu'à la fin des années 1990, de nouveaux opérateurs ont fait leur entrée et cela plaît aux commanditaires de MICE : monuments historiques, châteaux, bateaux, parcs d'attractions et de loisirs, hôtels de charme,… leur originalité attire et permet de casser la lassitude.

• L'enthousiasme des participants aux séminaires et conventions est toujours de mise. Face au surcroît de travail des cadres et commerciaux, on aurait pu croire que de partir en convention ou en séminaire les gênerait. Il n'en est rien. 90 % des participants sont toujours aussi contents d'y aller, mais à condition que cela ne dure pas trop longtemps, à cause justement du surcroît de travail. Ceux qui sont lassés, sont généralement ceux qui en font de trop : les délégués médicaux des laboratoires pharmaceutiques, par exemple. Pour éviter la lassitude et la routine, les entreprises changent souvent de prestataires et recherchent des lieux plus originaux, voire atypiques.

• La fidélisation s'est inversée. Il y a une quinzaine d'années, 3/4 des entreprises se disaient fidèles à un ou des prestataires, et en changeaient difficilement. Aujourd'hui, 3/4 déclarent qu'elles recherchent constamment de nouveaux prestataires et sont donc multi-fidèles.

• Face à la nécessité de réduire les durées de réunions, on privilégie également la bonne accessibilité : diminution des temps et des distances de trajets pour se rendre sur les lieux de réunions professionnelles. Avec la nécessité de devoir trouver des espaces (salles et chambres) suffisamment grands pour recevoir des plus grandes réunions que par le passé, cela a pour effet de restreindre la variété des prestataires choisis.

• Bien entendu, depuis 20 ans, Internet s'est largement imposé comme le principal moyen de recherche de lieux de réunions professionnelles. 

• Le développement durable fait son entrée timide, où l'on présente volontiers des soucis d'économies pour des préoccupations environnementales...

• Plus globalement, les prestataires et les commanditaires sont devenus bien plus professionnels que par le passé.  

 

• Il faut retenir que les réunions professionnelles sont toujours conçues dans un souci d'image de l'entreprise et de motivation des personnes qui s'y rendent. On réunit les collaborateurs, clients, franchisés, concessionnaires, etc. pour leur passer des messages, que ce soit dans le cadre de lancement de produits/services, de formation, d'information ou d'autres motifs. C'est la raison pour laquelle les organisateurs tiennent toujours compte du cadre dans lequel faire se tenir les manifestations professionnelles, qu'il s'agisse du lieu de réunion, de l'hébergement ou encore de la destination. Ce cadre doit être en harmonie avec les messages que les entreprises veulent faire passer. Pas de "bling-bling" lorsqu'il y a des annonces d'austérité, mais assez moyen/haut de gamme cependant pour honorer les participants. Les messages passent toujours mieux dans un environnement gracieux et agréable…

Laisser un commentaire